Ce qui me plaît dans MSE, c'est la confrontation de plusieurs logiques, c'est un lieu où plusieurs logiques se défendent toutes, c'est être là ensemble, car la logique des stagiaires n'est pas la même que celle des formateurs, qui n'est pas la même que celle des financeurs…, ça donne du sens aux boulots de terrain, permet de prendre de la distance, d'entendre tout ce qui compose le boulot entendre ceux qu'on entend jamais.. Toute parole est bienvenue. Dès qu'on s'exprime, c'est bien quelque soit la personne qui s'exprime. C'est apprendre à entendre L'expérience elle-même nous force à réfléchir. Dire à d'autres, sachant qu'on est filmé et que c'est pas une parole en l'air. Avec une notion de bienveillance, on peut retirer sa parole … Permet de dire des choses, permet d'avancer tout en restant modeste mais ça permet de changer certaines choses, en tout cas je le crois... [Accompagnatrice à l'emploi - Marseille Juin 2001]


ça m'a donné du courage... [habitante d'un quartier - Angers Juin 2007]


Ce film reflète bien la réalité des difficultés que subissent les usagers; Je penses que pour un futur travailleur social c'est toujours utile d'entendre cela pour se remettre en question. [Etudiante AS - 2ème année 8/6/2000]


J’ai lu le livre de Moderniser sans Exclure « par hasard » il y a quelques années. Celui-ci est devenu mon livre fétiche et venait ainsi rejoindre une sorte de philosophie de vie. En effet, j’ai rarement été aussi passionnée par un livre. J’ai particulièrement été frappée par des phrases telles que : « il n’y a pas de fatalité à l’exclusion », « on peut toujours apprendre quelque soit l’âge ». Je me suis rendue compte, à travers la démarche d’automédiatisation proposée, de l’importance de l’écoute et de la parole des jeunes et des personnes en difficulté... [Etudiant DESS Développement local - mars 2002 Avignon]


J'ai beaucoup apprécié ce film, que j'ai trouvé émouvant, avec la petite note d'humour qu'il faut pour dédramatiser ; je voudrais remercier les participants de nous avoir fait don de leurs expériences parfois difficiles ou intimes. Une idée a retenu mon attention : que les retraités produisent des biens (des légumes du jardin par exemple) ou des services (garder les petits-enfants) très utiles socialement et qui sont gratuits, qui échappent donc au marché plus globalement, j'anime des stages de préparation à la retraite et le film m'a aidé à approfondir ma réflexion sur ce thème. La façon de filmer est très respectueuse des participants, elle capte le meilleur de chacun ; je retrouve là des valeurs partagées par les Réseaux d'échanges de savoirs, dont j'ai fait partie. Pour résumer, ce film est un beau moment d'humanité partagée.[Animatrice de stage de préparation à la retraite - Paris Mai 2007]